Le comité de suivi de thèse a été créé pour s’assurer que le déroulement de la thèse se passe comme prévu et, dans le cas contraire, pour définir une stratégie de rechange, éventuellement évolutive.


Le comité de suivi de la thèse

Les comités de thèse pour les étudiants inscrits en Doctorat au Muséum, mis en place depuis la rentrée 2004-2005, devront permettre aux étudiants de faire périodiquement une synthèse de leur travail et de s’exercer à la discussion scientifique.

Le nombre de membres n'est pas limitatif et la composition du comité peut évoluer au cours du temps. Toutefois, chaque comité de thèse devra comprendre au minimum, outre le directeur de thèse, deux à trois tuteurs, dont l'un au moins ne travaille pas au Muséum et le représentant de l’école doctorale de l’unité. Les membres du comité, choisis pour leur compétence dans le domaine de recherche, s'engagent à examiner à intervalles réguliers (au moins une fois par an) l'avancement des travaux de l'étudiant. Cette évaluation pourra se faire par la remise d'un rapport écrit succinct, soit par une ou plusieurs entrevues, dont une soutenance à mi-parcours. Les membres du comité émettent un avis argumenté sur le travail et formulent des propositions. Certains tuteurs pourront également participer au jury de thèse.

Pour les doctorant(e)s s’inscrivant en 1ère année, la composition du comité est déterminée d'un commun accord entre l'étudiant et le directeur de thèse lors de la signature de la Charte de thèse. Il est bien entendu indispensable de recueillir l'accord des tuteurs présumés avant de transmettre la composition à la scolarité. Idéalement, la composition de ce comité restera stable pendant toute la durée de la thèse; le remplacement de certains membres en cas de force majeure étant bien sûr possible.

Ce comité se réunit au moins une fois par an afin de faire le point sur l’avancée de la thèse et produit un rapport succinct afin de mémoriser pour tous, les conclusions de chaque bilan d’étape. Le (la) doctorant(e) et son directeur ou sa directrice de thèse sont tenu(e)s de transmettre à la scolarité, ce rapport qui figurera dans le dossier scolaire du (de la) doctorant(e). Il sera réclamé à chaque réinscription.


Rôle des représentants de l'ED 227 MNHN-UPMC dans les comités de suivi des thèses

Pour faciliter l’application de l’article 4 de l’arrêté ministériel du 7 août 2006 sur la formation doctorale prévoyant que les ED s’assurent de la qualité de l’encadrement des doctorants par les unités et équipes de recherche, veillent au respect de la charte des thèses prévue par l’arrêté du 3 septembre 1998 susvisé et la mettent en œuvre», le conseil de l’ED 227 « Sciences de la Nature et de l'Homme : évolution et écologie » a approuvé le principe que chacun des comités de suivi de thèse comporterait obligatoirement un de ses membres. Cette décision a déjà été prise avec succès dans de nombreux autres établissements.

Le comité de suivi de thèse (avec ou sans représentant de l’ED) a été créé pour s’assurer que le déroulement de la thèse se passe comme prévu et, dans le cas contraire, pour définir une stratégie de rechange, éventuellement évolutive. La direction de l’ED ne peut cependant pas être présente à tous les comités de thèse, elle délègue donc cette responsabilité aux membres de son conseil avec un représentant de l’ED par unité ou par site (exemple Roscoff). Pour les grandes unités ou les sites comportant beaucoup de doctorants, le représentant peut être aidé par un adjoint approuvé par l’ED.

Les représentants sont coordonnés par la conseillère doctorale, Dominique Grimaud Hervé, avec qui ils doivent prendre contact s’ils considèrent que l’ED doit intervenir pour garantir le bon déroulement de la thèse ou le respect des trois ans. Dominique Grimaud-Hervé peut être contactée lors de la constitution/réunion du Comité s’il existe un doute sur la personne à inclure dans le comité (dgherve@mnhn.fr).

Le rôle du représentant de l’ED n'est pas de porter un quelconque jugement sur l’encadrement mais est un membre à part entière ayant juste plus à l’esprit les contraintes administratives auxquelles les experts scientifiques du comité peuvent ne pas penser, songeant avant tout à faire des suggestions sur les méthodes et les orientations du travail.

Le représentant de l’ED doit s’entretenir avec le doctorant seul, avec les membres extérieurs seuls et avec le ou les encadrant(s) seul(s). Ce temps d’échanges est sous couvert de confidentialité et est organisé avant ou après le comité de suivi de thèse.

Le comité de suivi est avant tout un comité de pilotage de projet; en cas de conflit, les encadrants ou le doctorant ou les deux peuvent s’en ouvrir à la conseillère doctorale ou au représentant de l’ED à n’importe quel moment du déroulement de la thèse. Par souci de confidentialité, la direction de l’ED n’est mise au courant du conflit qu’avec l’accord de la personne ayant fait la démarche. Dans tous les cas, la conseillère de l’ED ou le référent de l’ED peuvent jouer un rôle de médiateur et, s’ils décèlent une situation de souffrance psychologique, demander à l'ED d'informer le médecin d’établissement.

Le PV doit être rédigé par le représentant de l'ED, au cours du comité, en présence de tous les membres et du doctorant, et signé par tous.